Comment financer le rachat d’une entreprise ?

Vous êtes à la recherche de solutions pour financer la reprise d’une entreprise ? Comment et où trouver de l’argent ?

Pour reprendre une entreprise, il faut disposer des fonds nécessaires. Nous vous proposons un tour d’horizon des différents moyens mis à votre disposition.

Financer une reprise d’entreprise avec des fonds propres

C’est bien souvent la première solution à laquelle on pense. C’est non seulement un moyen de financement rapide car aucun tiers n’est sollicité mais c’est aussi une façon de montrer qu’investir dans cette entreprise vous tient particulièrement à coeur.

Attention, toutefois à ne pas investir tout votre patrimoine ! En effet, cet argent n’est pas remboursable. Bien qu’aucune règle ne soit écrite, on estime que cet apport personnel doit être à hauteur de 20 à 35% du prix de rachat.

L’entourage

Lorsque l’on ne dispose pas des sommes nécessaires pour financer une reprise d’entreprise on peut aussi demander l’aide de ses proches (amis et famille en tête). Ces derniers peuvent participer au projet de différentes façons :

  • grâce à des donations,
  • des prêts,
  • avec des participations au capital de l’entreprise

Sachez, en outre, que les particuliers qui investissent dans des entreprises peuvent bénéficier d’avantages fiscaux.

Crowdfunding et investissements

Vous n’avez pas assez d’argent pour financer votre projet alors pourquoi ne pas vous associer pour réunir les fonds nécessaires ? L’idée est donc de créer une société-mère qui sera détentrice de tout ou d’une partie de la structure faisant l’objet de la reprise. En somme le capital est ouvert à des investisseurs extérieurs.

Les fonds nécessaires seront dans ce cas récoltés grâce au financement participatif (plus connu sous crowdfunding), aux business angels ou aux fonds d’investissement.

Grâce une aide publique

L’État, les régions, les départements, les communes, l’Union Européennes voire même certains établissements publics peuvent vous aider pour financer la reprise d’une entreprise.

L’obtention d’un prêt d’honneur

Grâce à des réseaux d’accompagnement, vous pourrez également bénéficier d’un prêt d’honneur. Ce type de prêt se faire sans garantie ni caution personnelle et généralement à taux zéro. De plus, il est inscrit comme fonds propres.

 

Recourir à un crédit

Lorsque vous aurez réuni vos différents fonds propres, le complément nécessaire au financement de la reprise de l’entreprise peut aussi se faire grâce à un crédit.

D’ailleurs son obtention s’en trouvera facilitée dans la mesure où vous aurez fait montre de persévérance et de résilience dans la réunion de fonds par vos propres moyens. Le crédit devient alors un soutien aux précédentes démarches.

Il existe trois types de crédits :

Un crédit classique

Ce crédit pour financer la reprise d’une entreprise se fait auprès d’une banque. Si vous contractez un crédit auprès d’un organisme bancaire il vous demandera certainement des garanties aussi il faudra rajouter des cautions personnelles, des hypothèques, des nantissements des fonds de commerces ou encore des parts sociales.

Le crédit-vendeur

Le cas se présente lorsque le cédant accorde un crédit au repreneur de l’entreprise. Cette solution est souvent utilisée lorsque le repreneur et le vendeur se connaissent suffisamment.

Elle n’est aussi possible que si le cédant n’a pas un besoin urgent d’argent. De plus, ce type de prêt peut aussi être utile pour obtenir un crédit classique auprès d’une banque. En effet, il démontre la confiance dont témoigne le cédant envers le repreneur de son entreprise.

La Bpifrance

La Bpifrance (Banque Publique d’Investissement de France) propose un contrat de développement transmission pour les reprises de PME. Il s’agit d’un prêt de 40 000 € à 650 000 €, sans garantie ni caution personnelle, toujours adossé à un prêt bancaire. Il peut atteindre au maximum 40 % de l’ensemble des prêts mis en place.

De même, cet organisme peut garantir votre prêt bancaire à hauteur de 50 % (ou 70 % avec l’intervention de la région), pour la reprise d’une PME.